L'Amour

Inutilité du concept de Dieu


L'amour est une Ouverture sur l'Extérieur.

Avant même la richesse, c'est ce que l'être humain recherche le plus!

Ce n'est pas Dieu qui donne un sens à notre vie: c'est l'Amour!

Prétendre que "Dieu est amour" ne nous apporte rien d'indispensable.

Il n'y a pas besoin de quelque chose qui soit l'amour: celui-ci se justifie par lui-même!

Dieu est un concept qui n'est même pas nécessaire pour les spéculations métaphysiques à propos des mystères qui nous dépassent:

① le mystère du commencement (si toutefois il y en a eu un...et oui: ce n'est pas plus stupide que d'invoquer la nécessité d'une cause qui, Elle, n'aurait pas besoin de cause!)

② le mystère de l'infini (dans la mesure où on peut se le représenter...)


La religion nous confisque notre admiration.

Le Mystère Total avec lequel il est possible d'être en contact direct (en adoptant la pensée non-verbale par exemple) est remplacé par Dieu: une abstraction plus lointaine et moins précise, qu'on connaîtra éventuellement après notre mort... si on a eu la Foi et si on a respecté les commandements (qui consistent parfois à torturer les hérétiques pour leur bien ou à tuer les infidèles en Son nom, mais ça c'est une autre histoire!).

C'est comme si on disait: "Cessez de vous émerveiller, Dieu est la réponse!".

La réponse qui n'explique rien, mais qui s'interpose entre nous et le Mystère...

Finalement un athée peut, délivré des superstitions, être plus mystique qu'un déiste!


L'important c'est L'Éthique

On doit respecter les croyants sincères. Il y en a, qui s'efforcent de ne pas faire aux autres ce qu'ils ne voudraient pas que l'on fasse à eux-même.

Mais il est préférable de baser une telle éthique sur sa propre conscience, plutôt que sur des écritures.

On croit être plus fort en faisant référence à de Saintes Écritures, mais en réalité on court le danger que ces écritures soient un jour remises en question...

Car que doit-il se passer si un jour on découvre que ces Écritures contiennent de pures inventions, que par exemple Moïse, Jésus, Mahomet n'ont jamais existé, que le livre de la Genèse est un plagiat du texte sumérien d'Enki & Ninhursag, qui remonte à 1500 ans avant l'invention de l'écriture hébraïque?

Devrait-on à cause de cela abandonner l'éthique? Ça serait dommage d'en arriver là!

À l'opposé, notre seule conscience paraît bien faible: mais c'est finalement une forteresse imprenable!


La Faiblesse des Écritures

Les Écritures peuvent aussi être contestées d'un point de vue moral, car on y trouve des appels à la haine et au meurtre, choses incompatibles avec la "Sainteté" à laquelle elles prétendent...

Bien sûr les croyants sincères interprètent ces passages de façon allégorique. Mais dans ce cas tous les conte de fées, et même les aventures de "Pif le Chien" peuvent aussi être interprétés de façon allégorique!

Pourquoi pas, pourvu qu'on aie l'inspiration?

Soit, mais dans ce cas il faut reconnaître que la Sainteté des Écritures est subjective et non pas objective, ce qui veut dire qu'on peut en faire une affaire personnelle mais qu'on ne doit pas imposer ce point de vue aux autres!



La farce du "monothéïsme"


Ils se croient supérieurs aux autres

Les monothéïstes, parce qu'ils n'adorent qu'un seul dieu, pensent que leurs religions sont supérieures à celles des "païens" qui adorent plusieurs dieux.

Avant d'accepter ce point de vue comme si c'était une évidence, examinons l'affaire d'un peu plus près...


Les multiples Dieux du Monothéïsme

Il y a le Dieu soit-disant "unique".

Qui se décompose en trois: "le Père, le Fils et le le Saint Esprit" ("le Père, la Mère et le Fils" aurait été plus logique et aussi un peu plus respectueux pour les femmes, mais ici ce sont les mâles qui dominent!).

Mais ce n'est pas tout, car il y a aussi:

Les Anges: le croyant monothéïste doit les louer et les invoquer.

Le Diable et les démons: le croyant monothéïste doit résister à leurs tentations.

Les Saints: le croyant monothéïste doit recourir à leur intercession.

Bien sûr il ne faut pas faire d'amalgame car il y a une hiérarchie dans tout ça, mais quelle différence réelle cela fait-il avec les divers Panthéons des païens, où là aussi il y a une hiérarchie?

Est-ce qu'on n'est pas en train de jouer sur les mots?


Intolérance et violence

Le terme "monothéïsme" n'a-t-il pas été un alibi pour justifier l'intolérance religieuse?

Intolérance religieuse que l'on imagine mal de la part des Gentils qui, eux, assument le polythéïsme...


Le Christianisme Orthodoxe

L'Église Orthodoxe est peut-être à part.

Il est remarquable qu'on n'ait jamais — à ma connaissance — vu les Grecs, les Bulgares ou les Russes coloniser l'Afrique et les Amériques pour aller convertir les païens.

Il est par conséquent injuste de mettre tous les chrétiens dans le même sac!

Voici un passage troublant relevé sur Wikipedia qui explique pourquoi l'Église Orthodoxe n'ajoute pas au credo le mot "filioque":

"3. cet ajout implique que Dieu ne peut sauver que des âmes chrétiennes, ce qui risque de légitimer des dérives telles que les conversions forcées ou l'Inquisition."

Cela pourrait être un élément permettant d'élucider le mystère de l'existence du sentiment anti-russe...


Le Bouddhisme aussi peut être violent!

Beaucoup de gens en occident s'imaginent que ce ne sont que les trois "religions du Livre", c'est à dire le judaïsme, le christianisme (en mettant injustement les orthodoxes dans le même sac que les catholiques et les protestants) et l'islam qui portent en elles la violence.

le zen en guerre

Vous aussi avez peut-être en tête le fameux cliché qui voudrait que les bouddhistes ne feraient "même pas de mal à une mouche".


Alors vous devez lire "Le Zen en guerre 1868-1945" de Brian Victoria.


Une citation extraite de ce livre:

"Si on vous ordonne de marcher: "une, deux, une, deux!" ou de tirer: "bang, bang!" C'est là la manifestation de la plus haute sagesse de l'éveil. L'unité du Zen et de la guerre se propage jusqu'aux confins de la guerre sainte qui est maintenant en cours." (Harada Daiun Sogaku, 1939)


Le Judaïsme a LUI AUSSI le droit d'être remis en question

Voici un extrait (page 681) du livre DEUX SIÈCLES ENSEMBLE d'Alexandre Soljenitsyne:

DEUX SIÈCLES ENSEMBLE

"Le personnel dirigeant du Goulag, je l'ai nommé dans L'Archipel. Oui, la part des Juifs n'a pas été mince, là non plus. (D'avoir reproduit les portraits des chefs de chantier du fameux canal Mer Blanche-Baltique trouvés dans le recueil publié en 1936 pour célébrer cette glorieuse entreprise, provoqua l'indignation: on m'accusa de n'avoir sélectionné que des Juifs. Mais je n'ai sélectionné personne, j'ai reproduit les photos de tous les chefs du camp Mer Blanche-Baltique qui figurent dans ce livre impérissable - et qui a fait cette sélection, à qui la faute si c'étaient des Juifs?) Pour information, j'ajouterai ici quelques détails sur trois personnages importants, détails que je viens de lire et que j'ignorais auparavant: Lazare Kogan, avant d'être sur le canal de la mer Blanche, avait été à la tête du Goulag, et Zinovi Katsnelsohn, après 1934, était le second dans cette hiérarchie; c'est Israël Pliner qui a été, à partir de 1936, chef du Goulag, et c'est sous ses ordres que fut achevé le canal Moscou-Volga 54.

On ne peut le nier: l'Histoire a fait entrer beaucoup de Juifs soviétiques dans les rangs des exécuteurs de la triste destinée de tout le peuple russe."

Les grands medias — contrôlés par des sionistes — ont bien sûr occulté ce livre...

G. Edward Griffin nous dit que certains sionistes juifs américains ont même été jusqu'à financer Hitler!

Israël, état né de l'épuration ethnique, est une théocratie raciste pratiquant une politique d'apartheid.

Plus de 80% des soit-disant "juifs" sont en réalité des Khazars et non des descendants du peuple qui se prétent "élu".



La Science


On ne connaît pas encore tout sur l'univers

L'étude du monde hétérique devrait être une question scientifique au lieu d'être une question occulte. Mais il est vrai que la science a elle aussi souvent du mal à se remettre en question. Non pas quand il s'agit d'inventer des gadgets, mais quand il s'agit de changer de paradigme...



Le Frexit en bref