La planète Terre

Une présentation en dehors des idées préconçues




Plus concrète que le "Ciel" des religions


Et encore loin d'être totalement explorée...

D'une extrême lenteur

On peut lire ici ou là que la Terre se déplacerait dans l'espace à la vitesse "vertigineuse" d'environ 107 218 km/h.

Mais comme la Terre a un diamètre d'environ 12 700 km sa vitesse ressemble plus à du sur place qu'à une course folle!

Comme si un globe d'1 mètre de diamètre mettait une heure pour avancer de 8,44 mètres (107218 ÷ 12700 = 8,44)...

globe terrestre


Ne tourne pas VRAIMENT autour du Soleil

Pour vous donner une idée du "chemin de la Terre" faites des ronds très lents avec un doigt tout en avançant: vous aurez alors une hélice.

La Terre ne revient jamais au même endroit... car le Soleil avance lui aussi!


Inimaginablement gigantesque

En voyant un fragment de courbe on peut facilement imaginer le cercle qui serait produit si la courbe continuait.

Mais comment se représenter un globe à partir d'un horizon quasiment PLAT?

Essayez!

Et laissez tomber les histoires de "grain de poussière dans l'espace"...

"Si on mettait par exemple la population entière de presque sept milliards d’habitants sur la zone du pays d’Asie centrale du Kazakhstan qui a une superficie de 2 millions 724 mille 900 kilomètres carrés, alors chaque habitant terrien y aurait à sa disposition un espace de 90 m2 et en plus un jardin de 300 m2 – et cela sans constructions en étages!"

Source: La Terre est elle vraiment trop petite pour nous?


Fine pellicule d'eau

La profondeur de l'Océan, pouvant aller jusqu'à 11 km, est négligeable par rapport à la taille d'un globe terrestre: ça peut équivaloir, en proportion, disons à l'épaisseur de sa plastification...

Par contre les effets sont puissants: à partir d'1 km c'est le noir absolu, de très fortes pressions et le froid permanent!

On ignore encore à peu près tout de ce qu'il peut y avoir au fin fond de 70% de la planète.


L'orientation, les parrallèles, l'est et l'ouest

En se plaçant face au nord et en visualisant un méridien nord-sud (qui épouse la courbure du globe) on pourrait croire que le parallèle perpendiculaire est-ouest est aussi une ligne droite (épousant bien sûr la courbure du globe) mais ce n'est pas si simple: en fait cela n'est vrai qu'à l'équateur!

Si en France — face au nord — on veut se projeter en pensée sur la droite pour atteindre par exemple la Mongolie, en réalité notre projection ferait le tour de la Terre par l'Iran, l'Inde, couperait l'équateur en Indonésie, puis passerait par l'Australie, la Nouvelle-Zélande, recouperait l'équateur dans le Pacifique puis continuerait par l'Amérique Centrale et Cuba pour se retrouver de nouveau en France... trajet qui ne fait un zigzag QUE reporté sur un planisphère.

On aurait confondu l'est avec le sud-est en se créant un équateur virtuel!

Pour aller vraiment en Mongolie il faut que notre ligne droite se torde pour encercler le pôle nord (visualisé devant nous en coupant par l'intérieur de la Terre).

Avec un globe c'est facile à comprendre, sinon il faut s'imaginer à 1 mètre du pôle nord: la ligne est-ouest doit bien entourer celui-ci, sinon elle n'est plus un parallèle et on change de latitude!

Plus on se rapproche des pôles plus la distortion est flagrante.

Ayons pleinement conscience de ne pas vivre sur un planisphère mais sur une sphère en TROIS dimensions!

Avis à tous ceux qui ont parfois besoin de s'orienter vers La Mecque ;-)


Dans quel sens?

Dans le cosmos il n'y a ni "haut" ni "bas".

On peut donc se voir avec la Terre sous nos pieds, c'est classique et c'est le plus facile (on a la tête "en haut").

joueur de flûte sur une plage australienne

Mais on peut aussi — sur un terrain plat — se voir sur la paroi "verticale" du globe, en descendant (on a le ventre "en bas") ou en montant (on a le dos "en bas") et c'est déjà moins évident.

Variante: paroi "verticale" du globe à gauche on avance en restant à la même hauteur (on a le côté droit "en bas").

L'inverse: paroi "verticale" du globe à droite (on a le côté gauche "en bas").

On peut enfin tout aussi bien s'imaginer sous le globe, cet exercice est encore plus exotique (on a la tête "en bas" comme sur la photo).

Tout cela est possible en extérieur, mais aussi en intérieur.

La Terre nous invite à jouer avec ses casse-têtes :-)


Tous les chemins mènent... aux antipodes

L'antipode de n'importe quel point sur la Terre: Antipodes Map (AKA Tunnel Map).

Déplacez le curseur pour trouver le point le plus distant possible, à 20000 km.

Pour la France ce n'est pas la Chine, mais plutôt l'océan un peu à l'est de la Nouvelle-Zélande.

Pour aller à l'antipode on peut passer — en ligne droite — par n'importe quel autre point, c'est égal!

Shanghai est à l'opposé de Buenos Aires, en passant indifféremment par n'importe quelle autre ville du monde!

On peut ainsi s'amuser à vérifier avec un globe pendant des journées entières: ce qui est fascinant c'est que parfois on se dit que "là ça ne peut quand même pas marcher, si on passe par tel endroit ça fera forcément un détour"... et bien non, c'est toujours aussi direct :-)


Le temps

Les heures et les dates

Au niveau de la Terre entière chacune des 24 heures, ainsi que le jour et la nuit, existent simultanément.

Il y a toujours deux journées en même temps: lundi en même temps que mardi, mardi en même temps que mercredi... sauf à l'instant précis où il est minuit pile sur la ligne conventionnelle de changement de date qui traverse l'océan Pacifique.

Le 1er janvier on peut retourner administrativement — sans rajeunir — 24 heures plus tôt au 31 décembre de l'année précédente en franchissant la ligne de changement de date de l'ouest vers l'est!

L'heure locale en temps réel à travers le monde avec Horloge mondiale: passez la souris sur les villes pour voir l'heure. Le jour et la date s'affichent quant à eux en bas à gauche: on constate bien sûr une ligne virtuelle de changement de date mobile au milieu de la zone de nuit, mais il y a EN PLUS la ligne fixe de changement de jour et de date, par exemple entre Apia (la capitale des Samoa) et Pago Pago (aux Samoa américaines, à seulement 123 km de distance). Quand il est minuit là-bas la ligne mobile et la ligne fixe se fondent en une seule ligne, et à ce bref instant la ligne fixe pourrait ne plus être considérée comme une ligne de changement de date car on est alors le même jour sur n'importe quel endroit de la Terre.


La ligne de changement de date

Ce paradoxe aberrant est malheureusement inévitable car dicté par la logique des 24 fuseaux horaires.

Mais il pourrait y avoir d'autres logiques, comme par exemple 1 seul et unique fuseau horaire au lieu de 24.

On aurait simplement la même heure partout et donc plus de ligne fixe de changement de date au milieu de l'océan Pacifique car le jour ne changerait, quel que soit le lieu, qu'à 00h.

Par contre ce changement de date à 00h pourrait — suivant les endroits — se produire aussi bien au milieu de la nuit qu'au milieu du jour, qu'au lever ou au coucher du soleil, et ainsi de suite...

Aucun système n'est parfait, mais il n'est pas sûr que celui-ci soit si déroutant que ça quand on pense au changement d'heure été/hiver ou aux trois-huit dans certaines usines.

Peut-être ce système est-il employé "ailleurs", par d'autres que nous?

Et peut-être même y a-t-il d'autres systèmes encore plus astucieux à découvrir?


plantain lancéolé

Le tour du monde d'est en ouest

On tourne dans le sens contraire de la Terre, comme l'on fait les rescapés de l'équipage de Magellan (qui est mort en cours de route).

Revenu au point de départ on pourra avoir la surprise d'avoir vu le soleil se lever une fois de moins que ceux qui sont restés sur place.

Il faut en effet rajouter 1 jour — car notre tour annule 1 tour de la Terre — au nombre de jours observés pendant le voyage.

La Terre tourne d'ouest en est, d'une vitesse nulle aux pôles jusqu'à à 1700 km/h à l'équateur (ce qui est très lent par rapport à sa taille).

Si à une latitude où la Terre tourne à 1200 km/h un voyageur part à la même vitesse vers l'ouest au coucher du soleil, il verra le coucher du soleil comme figé pendant tout son trajet, et quand il reviendra à son point de départ 24h plus tard il y aura toujours le même coucher de soleil. Le temps ne sera pourtant pas arrêté: le voyageut aura suivi le coucher de soleil tout autour de la Terre tandis que ceux restés sur place auront vécu une nuit et une journée normales.

La vitesse peut varier et il peut y avoir des escales: ce qui compte c'est la moyenne.

C'est à l'occasion du premier tour du monde, celui de Magellan qui a duré plus de trois ans, qu'on a pu constater que l'équipage comptablisait effectivement 1 jour de moins que s'il n'était pas parti. L'équipage n'aurait pas été induit en erreur si, au lieu de se fier au soleil, il avait pu se fier à une super horloge indiquant les jours et les mois en plus des heures.


Le tour du monde d'ouest en est

On tourne dans le même sens que la Terre, comme dans le roman "Le tour du monde en 80 jours" de Jules Verne.

Revenu au point de départ on aura vu le soleil se lever une fois de plus que ceux restés sur place.

Il faut enlever 1 jour — correspondant au tour que l'on a fait — au nombre de jours observés pendant le voyage.

À 1200 km/h vers l'est en partant au lever du soleil le voyageur aura vu le soleil se lever deux fois pendant les 24 heures, comme s'il y avait eu deux journées au lieu d'une seule. Mais deux journées deux fois plus rapides de 12 heures chacune. C'est normal car dans ce sens il faut additionner les 1200 km/h de la Terre aux 1200 km/h du voyageur.

À 600 km/h le voyage dure 48 heures en donnant l'impression de trois journées de 16 heures chacune.

À 400 km/h le voyage dure 72 heures en donnant l'impression de quatre journées de 18 heures chacune...

En 80 jours on aurait l'impression — si on pouvait s'en rendre compte! — de 81 jours durant chacun 23h42.


Le temps n'existe pas concrètement

Il ne faut pas prendre le TEMPS au sérieux ni trop spéculer à son sujet car celui-ci n'est qu'une mesure inventée pour comparer différents MOUVEMENTS entre eux.

Ce n'est pas le temps qui "s'écoule" mais les mouvements de tout ce qui existe, et beaucoup de ces mouvements sont indépendants les uns des autres.

Il n'y a donc aucun retour global en arrière possible, la vie n'étant pas une "bobine de film" où il n'y aurait qu'un seul et unique scénario monobloc et prédéterminé...


L'espace

Dans le "ciel" il n'y a rien

Ou presque, tout y étant extrêmement clairsemé, y compris au sein des galaxies.

Alors pourquoi surestimer le lointain vide cosmique au détriment de la planète qui concrètement nous donne la vie?

Besoin de grandeur?

Mais on a vu que la Terre est inimaginablement gigantesque!

Besoin de mystère?

Alors pourquoi négliger ce qui devrait nous émerveiller ici-bas?

Évitons d'avoir les "yeux plus gros que le ventre" et rêvons "petit" :-)

Ne nous laissons pas embrouiller par les religions.


Sur une autre planète?

Pour pouvoir sortir de notre nid il faudrait déjà qu'on puisse touver une astuce pour traverser VIVANTS les ceintures de radiations de Van Allen...

Et si un jour on fini par y arriver on risquera de se retrouver dans un lieu avec des vibrations étrangères, tellement inhabituelles pour nous que ce choc psychologique ne pourrait que nous glacer d'effroi.

On serait un peu dans la situation d'un petit enfant qui se retrouverait pour la première fois sans ses parents...

Bien sûr que l'être humain s'adapte à tout, mais quand la science-fiction néglige cet aspect (peut-être un peu trop subtil?) ça paraît quand même assez puéril!


La Terre vue depuis la Lune

Sur la Lune, la Terre reste toujours AU MÊME ENDROIT DANS LE CIEL.

On la voit juste tourner sur elle-même, mais elle ne change pas d'endroit, ou très peu.

Si on se plaçait au centre de la face visible de la Lune la Terre serait juste au-dessus de notre tête, et plus on s'éloignerait du centre de la face visible plus la Terre se rapprocherait de l'horizon lunaire, jusqu'à disparaître à moitié, et même complètement dès lors qu'on se retrouverait sur la face cachée.

Peu importe si on s'éloigne du centre en direction du Nord, du Sud, de l'Est ou de l'Ouest: suivant comment on se tourne on pourra toujours voir la Terre devant soi (ou derrière, ou à droite, ou à gauche).


La chaleur

La Terre transforme les émissions du Soleil en chaleur du jour, un peu comme un autoradio transforme les ondes électromagnétiques de Radio Classique ou de Jazz Radio en ondes sonores.

L'espace entre le Soleil et la Terre est froid, mais pourtant on a tendance à supposer que le Soleil doit être extrêmement brûlant pour pouvoir nous envoyer tant de chaleur depuis si loin... c'est un peu pareil que de s'imaginer que ceux qui habitent à côté de Radio Classique ou de Jazz Radio doivent avoir les tympans crevés par les décibels, parce que pour pouvoir envoyer de la musique qui s'entend dans toute la France ça doit être SACRÉMENT FORT :-)


La nature

La reconnexion à la Terre

Clinton Ober a eu en 1998 l'intuition que la plupart des maladies et maux de civilisation étaient dus aux chaussures qui nous isolent de la Terre et créent ainsi en nous un état inflammatoire.

D'accord, mais il n'est pas forcément facile de toujours — ni même souvent — marcher pieds nus...

Heureusement il existe maintenant une solution à la portée de tout le monde: les bandes de mise à la terre qui s'adaptent à toutes les chaussures, qui sont discrètes, pas chères et conçues pour durer :-)


Il n'y a rien d'autre que la nature

L'être humain aime bien se sentir séparé de la nature, mais si avec le recul on consirère qu'il fait partie intégrante de la nature alors toutes les productions humaines seront elles aussi considérées comme naturelles.

Le miel semble naturel pour l'humain mais il est artificiel du point de vue de l'abeille.

Pour une araignée sa toile est artificielle, mais par contre un lampadaire sera considéré comme naturel.

Le plastique est artificiel pour l'homme, mais pour le champignon pestalotiopsis microspora il est non seulement naturel mais en plus comestible!


La Terre est extrêmement solide

Un équilibre n'est pas forcément fragile.

Ce qui est équilibré n'est pas obligatoirement instable.

Ce n'est pas l'homme qui protège la planète, c'est la planète qui protège l'homme.

Bien sûr des espèces apparaissent et des espèces disparaissent, mais C'EST NORMAL.

L'homme est bien orgueilleux de s'imaginer qu'il aurait les moyens de détruire la Terre.

La bombe atomique est une invention (il y a plusieurs définitions possibles pour ce mot) de détraqués...


Fleur de Vie



Des terriens qui veulent être libre


ACCUEIL